Lead-analytics

Publié le 05/06/2020

L’OWA SCORE, pour une consommation écoresponsable et circulaire

Voir toutes les actualités
OWA SCORE, une échelle visuelle et intuitive pour le consommateur
Implémenté pour l’ensemble de la gamme Laser (fin juin), Jet d’Encre et Copieur, l’OWA SCORE s’inspire des pratiques de l’agro-alimentaire pour évaluer sur une échelle l’impact environnemental lié à l’économie circulaire des consommables d’impression OWA grâce par exemple aux questions suivantes : 
  • La cartouche est-elle réutilisable ? 
  • Lorsque la cartouche est reconditionnée, combien de pièces sont remplacées ?
  • La cartouche est-elle collectée par le fabricant après utilisation ? 
  • Le fabricant propose -t-il un programme de revalorisation des cartouches ? 
  • L’emballage et le conditionnement sont-ils faits sans plastique à usage unique?
  • La cartouche d’impression possède-t-elle un label écologique ? 
« Avec l’OWA SCORE nous mettons à la disposition des consommateurs en toute transparence l’ensemble de ces informations afin qu’ils puissent prendre leur décision d’achat en toute connaissance de cause. » explique Gerwald van der Gijp, VP & Managing Director d’ARMOR Office Printing.
 
Une démarche qui s’inscrit dans les ambitions européennes, notamment à travers le « Green Deal[1] ».
 
 
« Green Deal », l’Europe regarde en direction des consommables d’impression
L’Union Européenne élargit le champ de sa politique en faveur de l’économie circulaire. En effet, le travail préparatoire pour le Plan d’action pour l’économie circulaire (un des principaux éléments du Pacte Vert pour l’Europe) inclut désormais les consommables d’impression en l’absence d’un plan ambitieux par les industriels eux-mêmes dans les six mois à venir.
ARMOR s’implique et partage son expérience avec différents acteurs engagés dans l’économie circulaire afin de devancer les attendus de la Commission Européenne qui ambitionne à l’échéance 2023 un taux de réutilisation d’un certain nombre de produits – dont les cartouches d’encre – de 65 % sachant que les institutions se verront dans les mois à venir imposer un taux d’utilisation de consommables « vert » ou issus de l’économie circulaire.