Lead-analytics

Publié le 31/01/2022

KIMYA s'engage à nouveau dans ORPLAST 3

Voir toutes les actualités
KIMYA, l'entreprise du groupe ARMOR spécialisée dans la fabrication additive, continue d’élargir sa gamme de filaments recyclés dans le cadre du projet FIL’REC attaché au dispositif ORPLAST (Objectif Recyclage PLASTiques). Pour cette troisième édition du programme imaginé par l’ADEME, KIMYA concentre sa recherche sur le développement d’une offre inédite d’ici 2024 : des matériaux haute-performance recyclés.
 
Après une première participation réussie au dispositif ORPLAST ayant permis de commercialiser quatre nouveaux filaments recyclés, KIMYA ambitionne cette fois-ci d’intégrer entre 70% et 100% de matières recyclées dans des matériaux dits haute-performance sans préjudice des propriétés. Plus résistants et pourvus de caractéristiques physico-chimiques (résistance aux hautes températures ou encore à la déformation par exemple), ces matériaux trouvent notamment leurs applications dans les industries du ferroviaire, de l’automobile et de l’aéronautique.
 
« Développer des matériaux haute-performance recyclés représente un véritable challenge technique pour nos équipes mais qui permettra d’apporter une offre inédite sur le marché. Car à ce jour, sur le marché de la fabrication additive, il n’existe pas d’acteurs utilisant des matériaux haute-performance recyclés. C’est également l’occasion pour nous de continuer d’élargir notre offre de matériaux d’ingénierie et de renforcer notre gamme de filaments éco-conçus » commente Nicolas Morand, responsable R&D, Innovation et Industrialisation de KIMYA. 
 
Convaincu que l’industrie 4.0 est synonyme de production locale, KIMYA souhaite participer à la relocalisation des projets industriels sur le territoire. C’est pourquoi, l’expert de la fabrication additive ambitionne de collaborer principalement avec des acteurs français dans le cadre de cette troisième édition d’ORPLAST. 
 
« Chez ARMOR, nous savons que ce n’est qu’en additionnant nos forces que nous pourrons faire émerger un écosystème productif local et durable. Nous avions à cœur de se fixer l’objectif de nous appuyer en priorité sur des entreprises françaises, du sourcing des matières plastiques recyclées jusqu’aux différentes étapes de faisabilité technique » explique Pierre-Antoine Pluvinage, Directeur Business Développement de KIMYA. 
 
D’une durée de 3 ans, le programme ORPLAST vise à soutenir financièrement l’intégration de matières plastiques recyclées par les plasturgistes ou les industriels qui effectuent la transformation de matière première en produits. Le soutien qu'ORPLAST apporte aux lauréats se traduit par une aide aux études et à l’investissement pour adapter les processus de fabrication à l’utilisation de matières plastiques issues du recyclage. Plus concrètement, le projet FIL’REC bénéficie de la subvention de l’ADEME pour lever certains freins technologiques liés à l’utilisation de matières plastiques recyclées. 
 
« Née de la volonté du groupe ARMOR de faire des déchets une véritable ressource, KIMYA est arrivée sur le marché de la fabrication additive en 2016 en proposant un premier filament conçu à partir de chutes industrielles de packaging alimentaire. Depuis, nous avons continué d’élargir notre offre de matériaux éco-conçus afin de répondre à toujours plus de besoins. À terme, notre ambition est de proposer une gamme complète de filaments comportant entre 70% et 100% de matières premières issues du recyclage. Cette troisième édition du projet ORPLAST est encore une fois un formidable outil pour que les acteurs privés démontrent que la croissance et l’innovation ne peuvent plus se faire au détriment de la préservation des ressources » conclut Pierre-Antoine Pluvinage.