Lead-analytics

Publié le 31/10/2019

oui à la cohérence entre ce que nous disons et ce que nous faisons !

Voir toutes les actualités
Le mercredi 10 octobre, j’étais très heureux de prendre part, à l’invitation de Nicolas Dufourcq, Directeur Général de la Banque Publique d’Investissement (BPI), à la 5èmeédition de l’événement InnoGeneration. Plus de 52 000 personnes se sont retrouvées au AccorHotel Arena pour échanger de manière libre et spontanée sur le sujet donné pour cette édition : TOUS ! Un thème qui retient notre attention, à l’heure où l’individualisme règne et où nos egos nous poussent davantage à nous tourner sur nous même. 
 
J’ai pu prendre la parole sur un sujet qui me tient particulièrement à cœur : celui de la cohérence et de l’unité de vie. Cette cohérence qui nous pousse à ne pas faire de la RSE pour enjoliver le rapport annuel d’entreprise, mais parce que l’état d’urgence du monde, notamment la situation climatique, exige un engagement déterminé, non calculé, tout simplement par ce qu’ « il faut le faire ». 
 
Cette cohérence qui nous amène à nous questionner sur la place que nous voulons accorder à l’actionnariat salarié. Cette cohérence qui nous oblige à penser en profondeur la place des personnes en situation de fragilité dans nos entreprises. 
 
Cette cohérence qui nous oblige à être prêt à ne pas toujours rechercher la rentabilité maximum, voire à renoncer à une part de rentabilité pour investir dans des innovations technologiques de long terme, servant le bien commun. 
 
Chez ARMOR, ce désir de cohérence, qui est celui de l’ensemble des équipes, est déterminant dans les choix stratégiques que nous faisons. Comment, en partant de nos multiples savoir-faire, pouvons-nous apporter des réponses à des enjeux de la société ? 
 
Chez ARMOR, nous cherchons certes à améliorer notre productivité et notre rentabilité, mais avant toute chose, pour réussir notre projet global, et ce projet global, c’est « Industry for people », c’est-à-dire de faire réussir l’industrie en la mettant au service des personnes. Et dans ce projet, l’innovation sociétale est centrale, et cela suppose que nos investisseurs financiers acceptent avec nous de soutenir des investissements de long-terme, qui ne vont pas dans le sens de la maximisation des revenus sur le court-terme. 
 
Par exemple, en tant qu’industriels, nous nous posons TOUS ensemble la question : comment notre savoir-faire peut-il contribuer à lutter contre le réchauffement climatique, à préserver notre maison qui brûle ? 
 
Trois innovations ARMOR me viennent directement à l’esprit, pour illustrer cette démarche de cohérence globale de notre entreprise. 
 
En premier lieu, les rubans transfert thermique pour l’impression des code-barres, sur lesquels Armor est leader mondial. Armor est le premier fabricant mondial à avoir mis au point des rubans Solfree, c’est-à-dire « sans solvants », réduisant ainsi considérablement l’empreinte chimique de sa production.
 
En deuxième lieu, les cartouches remanufacturées OWA. Nous devions trouver une solution pour réduire l’empreinte environnementale de l’acte d’impression. Avec la gamme OWA, nous conçevons et réindustrialisons des cartouches laser pour mettre sur les marchés des produits plus performants, d’une qualité égale ou supérieure au produit initial et respectueux de l’environnement. Cette gamme éco-concue assure également un traitement en fin de vie  des cartouches. Nous nous inscrivons ainsi pleinement l’économie circulaire sans laquelle nous ne pouvons penser l’économie de demain.  
 
Et également, pour illustrer ce souci de cohérence : le film photovoltaique flexible ASCA®. Nous avons investi en R&D pour mettre au point une solution photovoltaique française innovante, flexible, semi-transparente, organique, et sans métaux rares. C’est une grande fierté de voir la manière avec laquelle les talents d’ARMOR ont pu mettre au point une solution qui épouse autant les besoins de notre société. 
 
Alors nous l’affirmons tous ensemble : OUI à rechercher la cohérence entre ce que nous disons et ce que nous faisons ! Toujours plus reste à faire, mais comme le disait la philosophe Simone Weil : « Ce n’est pas le chemin qui est difficile, mais le difficile qui est le chemin » !
 
Hubert de Boisredon, président-directeur général d'ARMOR.
 
 
Témoignage BPI sur la scène du BANG BPi InnoGénération :
Le lien vers la vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=Ejus4mxy2do

Interview TV sur la chaîne BPI :
Le lien vers la vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=258SdRm-9-k