Lead-analytics

Publié le 15/06/2021

Une histoire d'innovation : premier prix #AEFA21 pour une doctorante d'ARMOR

Voir toutes les actualités
À l’occasion des 25èmes Assises Européennes de la Fabrication Additive, Agnès Harlay, doctorante au sein d’ARMOR, de l’IMT Mines Alès et de l’IGCM Montpellier, a remporté le 10 juin le premier prix de la catégorie « Ma thèse en 180 secondes ». Cette reconnaissance vient récompenser son travail de recherche sur les matériaux élastomères thermoplastiques dédiés à l’impression 3D. Fort de son histoire d’innovation quasi centenaire, l’industriel ARMOR investit continuellement dans la recherche et le développement, notamment à travers le soutien de doctorants.
 
Depuis sa création en 1922, ARMOR a su se renouveler constamment en pariant sur l’innovation. Très récemment, sur la période 2018-2022, l’entreprise a mis en place un plan de 130 M€ d’investissement. Expert en formulation chimique et en enduction de haute précision, l’industriel met son savoir-faire historique au service du développement d’activités innovantes dédiées aux industries d’avenir à l’instar de la fabrication additive. 
 
« Pionnier dans la fabrication de papier carbone en France, ARMOR n’a eu de cesse au fil de son existence d’être animé par l’énergie de l’innovation. C’est par nos investissements constants en recherche et développement que nous avons pu assurer notre croissance et renforcer notre position de leader sur le marché. Chez ARMOR, nous plaçons l’innovation sociétale au cœur de notre business model afin d’apporter des réponses concrètes aux enjeux de la société » commente Hubert de Boisredon, Président-Directeur général d’ARMOR.
 
C’est donc tout naturellement que l’industriel s’engage à travers le financement et le portage du projet de recherche d’Agnès Harley pour trois ans avec l’appui de l’ANRT (thèse CIFRE). Menée sous la direction de Jean-Jacques Robin (ICGM), José-Marie Lopez Cuesta (PCH - IMT Mines Alès), et l’encadrement de Sébastien Blanquer (ICGM) et Arnaud Regazzi (LMGC - IMT Mines Alès), la thèse d’Agnès Harlay s’inscrit dans la démarche de conception sur-mesure de filaments pour l’impression 3D du Kimya Lab d’ARMOR. Spécialisé notamment dans la conception de matériaux 3D à haute valeur ajoutée, ARMOR via son offre de fabrication additive Kimya et son site de R&D dédié, met son savoir-faire en matière de formulation au service du développement de solutions permettant de répondre aux problématiques les plus techniques des industriels. 
 
« Ces dernières années, les améliorations des imprimantes et procédés associées à une modification des paramètres d’impression ont permis de réduire considérablement l’anisotropie des pièces. Néanmoins les propriétés des pièces imprimées restent principalement dépendantes des propriétés des polymères d’origine » explique Agnès Harlay. 
 
« Créer de nouveaux polymères avec des propriétés mécaniques adaptées à la fabrication additive est donc un défi majeur des fabricants de filaments comme ARMOR » ajoute-elle. 
 
« Aussi dans cette thèse, une triple stratégie est mise en place pour concevoir des filaments élastomères thermoplastiques pour la fabrication additive garantissant un bon écoulement dans la buse et une bonne adhésion inter-couche et donc plus globalement une bonne imprimabilité » détaille-t-elle.