Points de vue

Pour une entreprise écologique et sociale

22 avril 2024

Pour une entreprise écologique et sociale

De retour d’un voyage au Chili, plusieurs dizaines d’années après ma première expérience là-bas dans le secteur du micro-crédit, ma conviction du rôle écologique et social de l’entreprise en est revenue renforcée. Il y a 30 ans, j’ai reçu du Chili cette conviction que nos croyances gagnent en crédibilité quand elle se prolonge par des engagements concrets dans la sphère économique et politique. Et encore aujourd’hui, dans mon action de dirigeant, je reste marqué par la volonté de réconcilier l’activité de l’entreprise avec les enjeux de la société : en quoi notre activité sert-elle le bien des personnes et de notre Terre ?

Malgré l’évolution politique du Chili, gouverné par le Président de gauche Gabriel Boric, j’ai pu constater lors de ce séjour la prégnance d’une vision économique libérale encore très présente. Beaucoup d’entrepreneurs chiliens ont le désir d’une action sociale ou écologique, mais celle-ci est le plus souvent imaginée comme une œuvre de charité, « à côté » de l’activité de l’entreprise. Or ce qui a suscité la curiosité des dirigeants chiliens pour Armor Group, l’entreprise que je dirige, est notre désir d’équipe de mener un projet d’entreprise qui place « l’écologique et le social » au cœur de sa stratégie.

Les mécanismes d’intéressement et de la participation aux résultats n’existent pas au Chili. J’ai alors pris conscience combien la France, depuis le gouvernement du Général de Gaulle, est pionnière dans la juste répartition des profits de l’entreprise. De même pour la formation : chez Armor Group, nous avons par exemple créé une Université dans l’usine qui forme les opérateurs de production pour leur permettre de devenir pilotes de machines robotisées. Accueillir 6% de personnes fragiles, handicapées, sourdes et muettes par exemple, fait également partie de nos objectifs. En comparaison, la loi chilienne fixe l’objectif légal à 1% d’accueil de personnes handicapées dans les entreprises. Là aussi, la France montre un chemin d’humanisation de l’entreprise.

L’intégration des enjeux économiques, écologiques et sociaux vient questionner le rôle du dirigeant-leader. Doit-il juste se positionner en gestionnaire compétent ? N’est-il pas plutôt invité à devenir un accompagnateur des talents internes pour que ses collaborateurs puissent s’épanouir dans leur potentiel ? Cela suppose que le dirigeant s’approprie un chemin d’humanisation et de transformation personnelle pour élargir la vision de son rôle et l’incarner dans l’unité de toute sa personne. Sa mission est également de devenir un visionnaire innovateur, capable de remettre en question l’activité historique de l’entreprise : il ne s’agit pas seulement d’accompagner le « comment », mais aussi de redéfinir le « quoi » et le « pourquoi » de l’activité de l’entreprise.

Ma conviction : l’entreprise ne peut pas être considérée comme un îlot séparé du monde qui l’entoure. Les parties prenantes de l’entreprise (salariés bien sûr, mais aussi actionnaires, fournisseurs, clients, syndicats, environnement politique et social…) doivent être prises en compte dans la manière de conduire la stratégie de l’entreprise. Le capitalisme doit s’humaniser. Sinon il se retournera contre lui-même. La crise sociale du Chili de 2023, terrible par sa dureté, doit rappeler que si les populations n’adhèrent plus à une logique de croissance dont ils ne bénéficient pas, alors elles se révolteront contre le capitalisme au point de provoquer son implosion. Certes, prendre soin des enjeux écologiques et sociaux requiert des moyens qui peuvent pénaliser la rentabilité court-terme des investisseurs. Mais l’exigence de rentabilité des entreprises mérite d’incorporer le souci du long-terme. Investir pour l’avenir est le signe d’un juste rapport au temps et à l’argent pour le bien de l’entreprise.

L’histoire montre que les investissements performants sont ceux qui s’enracinent dans un équilibre harmonieux entre le souci des enjeux économiques, écologiques et sociaux. Travailler à l’émergence de leaders unifiés qui intègrent ces enjeux multiples est une condition nécessaire pour faire émerger une économie plus juste et plus humaine !

Hubert de Boisredon, Président-Directeur général d’ARMOR GROUP.

Nos actualités pour approfondir

16 ans d’engagement au Pacte Mondial de l’ONU – Réseau France
C’est une page qui se tourne pour ARMOR GROUP ce jeudi 30 mai avec la fin officielle de son mandat au conseil d’administration du Pacte Mondial de l’ONU – Réseau France (UN Global Compact French Network en anglais).
Lire l'article
Pour une entreprise écologique et sociale
De retour d’un voyage au Chili, plusieurs dizaines d’années après ma première expérience là-bas dans le secteur du micro-crédit, ma conviction du rôle écologique et social de l’entreprise en est revenue renforcée.
Lire l'article
Nouvelle campagne de recrutement 2024-2025 chez ARMOR GROUP
ARMOR GROUP groupe industriel international et acteur engagé au service de l’innovation sociétale, lance une campagne de recrutement pour l'année académique 2024-2025
Lire l'article
ARMOR GROUP, nouveau partenaire industriel et financier de BLACKLEAF
Pari réussi pour BLACKLEAF, leader français de la production de graphène, qui vient de conclure un tour de table majeur de 7M € avec l’accompagnement et le soutien d’un pool bancaire regroupant Bbifrance, le CIC, BNP Paribas et le Crédit Agricole Alsace Vosges.
Lire l'article
ARMOR GROUP et EQUIUM unissent leur force pour la transition énergétique
EQUIUM, Deeptech nantaise, développant une pompe à chaleur de nouvelle génération, fabriquée à 100% en France, utilisant la résonance acoustique comme principe actif, accueille aujourd’hui ARMOR GROUP comme partenaire aux côtés d’entrepreneurs comme Martin Fornage, fondateur d’Enphase et Pierre Tremolières, fondateur d’Accenta, pour venir renforcer l’engagement renouvelé des acteurs déjà présents comme l’industriel Ateq, Le Familly office Entheos et PLP le fonds d’investissement de la Région Pays de la Loire.
Lire l'article